Interview d'Olivier Desclez et vidéo de Johan Rossignol

Quoi de mieux que de rentrer de vacances en toute hâte, enfiler le costume de chroniqueur de Septmille, et aller interviewer une artiste suivie et adorée depuis une vingtaine d’années ? Les questions sont prêtes, la vidéo un peu plus bas dans l’article car avant, un p’tit compte rendu de cette soirée, organisée par le collectif bien nommé : X-Scandalous !

Après une rencontre très cool avec An pour la petite papote ci-dessous, j’ai vite regagné la salle pour voir Enid, groupe qui travaille dur depuis 1 an et demi et commence à tracer son chemin. La formule a changé depuis la dernière fois où je les avais vus. Bonne idée que de se recentrer sur la (très bonne) section rythmique, laissant plus de place à cette voix qui peut parfois s’envoler. C’est réellement en fin de soirée, en discutant avec le groupe, que j’ai encore mieux pu cerner leur démarche. Il s’agit surtout de livrer des émotions et ça se ressent. Certains titres sont plus pêchus et d’autres plus calmes, et ça fonctionne. Belle évolution, et jolie rencontre avec le groupe dans les backstages.

Enfin, ce joli piano à queue, qui occupe la scène depuis le début de la soirée, est habité par sa maîtresse. Moi qui ai déjà pu voir An Pierlé et son homme d’ingé son Chez Poupoune à Ath, il est indéniable que la symbiose des instruments acoustiques a rajouté un p’tit truc en plus à ce concert. C’était déjà top à Ath avec le clavier électronique, mais ici, sur la scène de Septem, cela prenait une autre dimension.

De manière très décontractée, le concert est rythmé par de petites anecdotes suivant le fil chronologique de leur discographie si variée. Un exemple avec une histoire qui m’avait déjà marquée. L’explication des paroles d’une chanson sur son “bon-papa” :  sa grand-mère ayant fait le même rêve quotidiennement pendant 6 mois. Après le décès de son mari, ne sachant pas nager, elle imaginait ne pas savoir le rejoindre de l’autre côté d’une rivière. Ceci devient une histoire contée, chantée, de manière tellement touchante… Et l’interprétation d’An Pierlé, en devient encore plus poignante quand on comprend ce qu’il y a derrière les mots…

Parfois, il est vrai que la clarinette basse (quel bel instrument) et le piano à queue pouvaient donner un côté un peu solennel, mais si prenant que cela n’était pas dérangeant, que du contraire. Et que dire de la voix et de la maîtrise des nuances ? Par contre, entre les morceaux, rien de tout ça… On a même eu droit à une petite impro de chansons sur les poils (!)... mais aussi à l’explication d’un titre qui était une lettre à “elle-même plus jeune” pour se donner des tuyaux et ne pas se faire avoir dans ce monde de requins que peut être le “business de la musique” :-)

Outre ces petites histoires croustillantes, il ne faut pas que j’oublie de vous dire que globalement, ce concert était top. Parfait même… et ça ne m’étonnerait pas que je retourne encore les voir sur cette tournée, et certainement sur les prochaines. Le concert s’est clôturé avec des tests (très concluants) de nouvelles chansons en français dans le texte. Quel talent de pouvoir exprimer (et faire ressentir) de telles émotions via des mots qui ne sont pas dans votre langue maternelle. Toujours humble, elle s’est pourtant excusée pour ses (rares) fautes dans notre langue : “j’suis Flamande… je m’en fous“. Du côté public, je suis quasiment certain que ces petites approximations les auront plutôt fait craquer.

Au final, on a eu droit à de vrais rappels, et surtout des sourires sur tous les visages à la sortie de la salle. Et très vite, An échangeait naturellement avec ses fans au stand merchandising. J’ai hâte d’entendre ce nouveau projet en français avec son groupe “La Lumière”. 9 albums, presque 25 ans depuis le premier, et toujours curieux de savoir ce qu’elle va nous sortir… sans énormément de risques d’être déçu.

Comme souvent, Franck a pris le contrôle des platines pour clôturer cette soirée avec du très bon son, et on peut encore féliciter les Scandaleux pour cette organisation au top ! Longue vie les amis ;-)

Publié le 16 Mai 2023 par

Tu vas kiffer aussi

reso

Résonance Gathering : Quand la musique unit pour la solidarité

Order in chaos

Exposition "Order in chaos" de Francis RODEO

Love International Film Festival Mons

Le 39e festival international du film de Mons, la chronique de Yoan sur Septmille.be

Rh2

Philo post-moderne et féminisme.

Dany Danino

PB27 – Achevé d’imprimer par Dany Danino