L’hygiène des cellules grises

Chronique et photos de Daniel Godart

Finalement, les œuvres d’art, c’est comme les médicaments.
Certaines, les effervescentes dirons-nous, agissent immédiatement en allant droit au but, d’autres, par contre, celles à « effet retard » vont, de par leur dissolution lente dans le dédale complexe des boyaux,  ébranler les sens sur le long terme.
Ça tombe bien, les productions de Pascal Bernier jouent sur les deux tableaux.
On avait déjà croisé l’ univers de l’artiste en 2016… On y avait ressenti un mélange interpellant de mort, de vie, de tourments doux-amers et de blessures pansées… Ainsi que quelques bonnes rasades d’un humour qui, pour le coup, n’avait jamais autant mérité sa définition de politesse du désespoir.
On aimerait  croire Mons artistiquement attirante…, en tout cas, on n’a jamais été aussi proches d’en être convaincus… Parce que figurez-vous que Pascal Bernier revient.
Et toujours à la Thanksgalerie, même si celle-ci a, depuis peu, changé d’adresse.
Le Saint-Gillois est de retour, bardé de masques et de bunkers…

 

LES MASQUES FUNÉRAIRES…

D’abord il y a l’approche effervescente, sous forme de retrouvailles, c’est le retour des évocations funèbres mâtinées d’humour espiègle chères à l’artiste… Et puis vient l’effet retard, et là… On réfléchit… Ces moulages de masques animaliers de carnaval gagnent en profondeur… Nous jugent-ils de leurs yeux, trous troublants de vide et de noir ? Ou alors s’agit-il de notre propre vision du vivant ? Une vision qu’on ressent tronquée, simpliste et arrogante, celle d’un monde animal vu par des humanoïdes frivoles amputés à la tronçonneuse judéo-chrétienne de leur système racinaire zoologique. Une vision qui expliquerait l’insouciance des seconds face à la disparition des premiers… Même s’ils savent tous au fond d’eux-mêmes que l’extinction des uns entraînera celle des autres.

GOLDEN ATLANTIC WALL…

Des bunkers quoi…
Vous savez, ces gigantesques parpaings à moitié envasés, stigmates pathétiques d’orgueils belliqueux (pour l’instant) oubliés, réduits désormais à tenir le rôle d’abris pour rendez-vous louches, beuveries d’ados,voire même pour d’éventuels soulagements défécatoires.
De nos jours, le syndrome du bunker reprend vigueur, il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil du côté des « communautés fermées » aux États-Unis, ainsi que vers la mouvance survivaliste, un des nombreux délires extrémo-droitistes qui voit dans le couteau suisse, l’empilage de conserves,la lampe de poche et l’arme semi-automatique des solutions radicales aux problèmes que causeront ceux qui n’auront rien prévu. C’est triste mais c’est un fait, le vaisseau « Humanité » prend de la gîte sur tribord ces temps-ci, dès lors ce type d’égarement paranoïaque est promis à un grand avenir…
Enfin, non, à une absence d’avenir, en fait.
Soit… Revenons à nos fortins.
L’idée géniale de l’artiste est ici de réorienter le concept du blockhaus (les plans sont ceux d’authentiques casemates nazies de la Seconde guerre mondiale) en y adjoignant, une dimension esthético-décalée.
Feuilles d’or, rouges sang et bleus pétants qui paraissent provenir de la palette exhumée d’un Fra Angelico ou d’un Filippo Lippi  s’appliquent à endimancher les épures des fortifications de l’oncle Rommel…
De la dérision bien bétonnée sur base de détournement temporel multiséculaire, à la fois audacieuse et impertinente, en quelque sorte…
À moins qu’il ne s’agisse d’une tentative d’envisager le bunker non plus comme une masse grise et austère, mais comme un habitat luxueux, promis à un avenir flamboyant, voire sacré.
On serait donc à l’aube d’une ère nouvelle ?
Une ère placée sous le signe de la sanctification des bétonnières, une ère entière consacrée à se protéger des autres et de nous-mêmes.

Quelque part, aux alentours du point d ‘équilibre entre le ricanement irrévérencieux et l’ironie désabusée, Pascal Bernier œuvre... Pour le plaisir des yeux et l’hygiène des cellules grises.

Ah !… J’allais oublier… Pensez à aller dire bonjour au chien d’en face… Mais faites attention hein…

Publié le 29 Juin 2023 par
daniel godart

Tu vas kiffer aussi

Love International Film Festival Mons

Le 39e festival international du film de Mons, la chronique de Yoan sur Septmille.be

Rh2

Philo post-moderne et féminisme.

Dany Danino

PB27 – Achevé d’imprimer par Dany Danino

kzjckzrnnzncrz

Tournai Ramdam Festival 2024 : Quand le Cinéma Dérange et Rassemble

Affiche du spectacle "Charles Dumont ne regrette rien..." - Hommage à la Môme Piaf

« On comprend pourquoi Piaf est encore là 60 ans après »