Chronique - Creative Nature

Jusqu’au 12.02.23 découvrez l’exposition collective de BeCraft, avec le soutien de la Michelangelo Foundation et à l’initiative de l’événement Homo Faber Crafting a more human future (Venise). Ensemble, créateurs européens et belges revisitent de manière inspirante la notion de réservoir et invitent à s’interroger sur son origine, étroitement liée à la Nature et à la nature des Humains.

Certains artistes exposés à Venise ainsi que les créateurs de BeCraft constitueront un panel de près de 40 exposants. Une sélection opérée par Jean Blanchaert, commissaire de Next of Europe, l’une des quinze expositions d’Homo Faber, présentant une sélection d’objets fonctionnels et décoratifs réalisés par les maîtres artisans les plus raffinés d’Europe ; et Irina Eschenazi, commissaire assistante.

 

Réservoir (de savoir), le vase, le bol, l’amphore,… revêt une fonction primitive, étroitement liée à la Nature et à la nature des Hommes. Le contenant renferme tout ce qui est de matière, de denrées, d’Histoire et d’Humanité. Creative Nature propose cette rencontre entre Nature créative et créativité du geste. Évoqués ou formels, ces concepts s’illustrent par une centaine d’objets réinterprétés par les métiers d’arts contemporains de la céramique, du verre, de l’orfèvrerie, du bois, du textile, exploitant parfois de nouveaux matériaux tels que le silicone ou les matières organiques… autant de créations faisant appel à la maîtrise du geste et appelant résolument à questionner le monde.

Vous pouvez retrouver toute l'actualité de BeCraft sur leur page web ou leur Facebook.

Publié le 5 Janvier 2023 par

Tu vas kiffer aussi

Love International Film Festival Mons

Le 39e festival international du film de Mons, la chronique de Yoan sur Septmille.be

Rh2

Philo post-moderne et féminisme.

Dany Danino

PB27 – Achevé d’imprimer par Dany Danino

kzjckzrnnzncrz

Tournai Ramdam Festival 2024 : Quand le Cinéma Dérange et Rassemble

Affiche du spectacle "Charles Dumont ne regrette rien..." - Hommage à la Môme Piaf

« On comprend pourquoi Piaf est encore là 60 ans après »