Deux écoles du rire dans le Borinage, c’est du sérieux !

Chronique de Nicolas Fally / Photos de Ingrid Jacquemart

Après la Maison culturelle de Quaregnon, c’est maintenant au tour du Centre culturel de Dour d’ouvrir les portes de son école de l’humour pour accueillir les futurs Jamel Debouzze et Blanche Gardin !

Mais, c’est quoi cette école ? T’as toujours vanné tes potes, c’est toi qui écroule tout le monde en communauté, t’as la tchatche ou t’aimerais être sur scène ? Hé bien, on a rencontré Benoit de Labie, stand-upper. Il a fait de l’humour son taf, avec quelques belles récompenses à son palmarès, comme par exemple le Festival d’humour de Bierges et celui de Remicourt, le VOO RIRE de Liège. Il participe également au Festival du rire de Marrakech, l’Humour en Capitales à Paris, le Grand rire de Québec,… Il a intégré le collectif L’Agence Tous Rires avec Kody et Jérôme De Warzée.

En 2019, avec le soutien des centres culturels du Borinage, il crée le label « Borinage Comedy Club » et est co-fondateur de la fédération des professionnels de l’humour.

Benoit de Labie : « L’idée vient d’une ouverture de saison du Foyer culturel de Saint-Ghislain. De fil en aiguille, les directions des différents centres culturels du Borinage bouillonnent, ils se rendent compte qu’il y a un vrai vivier et que l’humour aide à ouvrir leurs portes. »

Septmille : A quoi s’attendre ?

Benoit de Labie : « On a donné de la cohérence à tout ça et on a mis sur pied le « Borinage Comedy Club ». Ce label va regrouper tout ce qui se passe en humour dans la région, dont une école du rire (et maintenant deux depuis septembre), et pas seulement du stand-up. Par exemple, des élèves nous ont demandé d’apprendre le mime. La plupart des élèves ne sont pas stand-uppers, et surtout pas professionnels ! Certains font un peu d’impro, d’autres font du slam… C’est amusant de voir leurs motivations et c’est excitant pour tout le monde. On leur apprend la règle de trois pour un « seul en scène » : l’écriture, la création de gags et comment se tenir sur scène, travailler sur la punchline.

Les cours se passent tous les 15 jours en soirée et durent trois heures (cela demande beaucoup de concentration), et il y a des devoirs. Le but est qu’à la fin de l’année, ils aient un sketch de cinq minutes. Il est important de s’amuser avant tout et de les professionnaliser.

A la fin de l’année, on organisera un spectacle avec les élèves et des professionnels du spectacle… Avec des beaux noms ! (rires) Que dire encore ? C’est interdit aux moins de 18 ans. Pour toutes les personnes qui ont suivi les cours, nous allons mettre sur pied des stages d’écriture, une masterclass de perfectionnement, et beaucoup d’autres surprises tout au long de la saison, que ce soit à la Maison culturelle de Quaregnon ou au Centre culturel de Dour. »

Restez attentifs donc, va y avoir de la vanne dans les centres culturels du Borinage !

Plus d’infos :