Un air de mini festival à Casteau

Chronique et photos de Davy Koutiangba

La scène est dressée dans le jardin. De loin, on aperçoit des instruments bien disposés sur la scène, prêts pour les lives. Tout est au top. Les invités sont déjà présents. Ils attendent impatiemment les groupes programmés de la soirée : The Laces, Asylum et Kaezeus.

Les trois groupes répètent ensemble depuis plusieurs années. Pour ce concert, ils ont juste eu besoin de déplacer leurs instruments dans le jardin. Ce sera festival à domicile cette fois !
En levée de rideau, place a été faite à The Laces pour quelques covers en version guitare, basse et chant. Puis, ce fut le tour de Asylum. Ce groupe conduit par Roxane qui monte sur scène depuis plus de 30 ans avec des influences Rock, Punk, Garage, Dark New Wave. Une partie de son répertoire en anglais avec des titres inspirés du quotidien, ils ont terminé leur live avec deux titres repris de leur ancien groupe The Friday Chouffe, titres en Wallon sur fond de Garage qui nous ont bien fait marrer.

Après la mère, la fille monte sur scène

Kaezeus est composé de quatre jeunes personnes : Dorian à la batterie, Giullian et Lenny à la guitare basse et Julie (notre stagiaire chez Septmille) à la voix. En termes de chant, elle s’y connait déjà. Elle a été bercée par la musique depuis son enfance. Roxane sa mère, a fait du chant sa passion depuis plusieurs dizaines d’années. Elle se réjouit d’ailleurs d’avoir transmis cette passion qu’est la musique à son fils Dorian et Julie sa fille. Kaezeus joue dans le même style que le groupe Asylum. Rien qu’à travers le tempo donné par Dorian le batteur, l’on sentait cette envie pour le groupe de démontrer son potentiel. Quoi de plus normal, la barre avait déjà été placé haut par Asylum, le précédent groupe.

A la clef, un pur bonheur pour les amateurs de ce style de musique et une pelouse « traumatisée ».

Ce genre d’évènement se justifie par plusieurs raisons. D’abord, l’idée de minimiser des coûts dans l’organisation, et surtout de donner une tribune d’expression aux jeunes talents malgré cette période de crise sanitaire. Notons que le nombre d’invités était limité à cinquante personnes.

Retrouvez-les sur leurs réseaux :